Béchar, cinq minutes d’arrêt

C’est aux alentours de Béchar que le général Leclerc a trouvé la mort un certain jour de novembre 1947 dans le crash de son B-25 Mitchell. La bourgade, autrefois simple lieu de passage des nomades de la région, a été édifiée par les Français au début du XXème siècle.  Aujourd’hui, cette ville de 170 000 habitants aux portes de la frontière marocaine, est le carrefour obligé pour le voyageur vers les oasis et les frontières du Sud-Ouest. Le temps de souffler après une dizaine d’heures de bus et en attendant le prochain, l’on passe le temps dans son dédale de rues. Autour, des montagnes qui ont vu la neige tomber au début de l’année. L’oued et la palmeraie, tout près du centre, accueillent une décharge en plein air. Béchar, après la frénésie des villes du Nord, est la première étape vers la tranquillité du Sahara.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s